SAUVEGARDE ET VALORISATION DU PATRIMOINE FRUITIER LOCAL

ARIEGE - AUDE - vallée de l'Hers
 
     
 

Présentation

Agenda des animations

Formations professionnelles

Adhérer

Nos activités, nos réalisations

Vie de l'association

Conservatoire des espèces fruitières sur la voie verte BRAM - LAVELANET

Etudes valorisation des fruits

Intérêt gastronomique

Conseils pour le verger

Liens

Plan du site

 

 


Présentation de l'association

 

Un constat : menaces de disparition du patrimoine fruitier traditionnel

Le patrimoine fruitier traditionnel est issu d’une arboriculture extensive qui jouait un rôle économique important jusque dans les années 1960. Ce patrimoine fruitier se compose de nombreuses espèces (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, noyers, châtaigniers…) adaptés aux conditions climatiques et pédologiques locales. Ce patrimoine fruitier est structuré en prés-vergers de haute tige, en alignements d’arbres fruitiers ou en arbres isolés. Ce patrimoine a fortement régressé au cours du XXème siècle.

Les vergers et châtaigneraies existantes souffrent très souvent d’un abandon, et deviennent vecteurs de maladies et parasites, ou disparaissent sous la pression de l’agriculture moderne ou par le vieillissement. Non renouvelé depuis plus de 40 ans, ce patrimoine fruitier est menacé de disparition si rien n’est fait pour le sauvegarder. La disparition de ce patrimoine correspondrait à la disparition irréversible de plusieurs centaines de variétés anciennes et locales, perte de patrimoine génétique doublée d’une perte culturelle.
 

Cette disparition est contradictoire avec les principes du développement durable que nous souhaitons mettre en œuvre pour l’agriculture de notre territoire.

Les arbres fruitiers de plein vent participent à l’identité de nos paysages et leur maintien est déterminant pour le bon fonctionnement écologique, notamment pour la conservation de la biodiversité (faune et flore spécifiques et variés, y compris espèces en déclin menacées d’extinction), la protection des sols et la préservation de la qualité des eaux (car ces systèmes sont associés aux prairies permanentes, de plus les variétés locales sont bien adaptées aux conditions climatiques et ne nécessitent pas d’irrigation).

Or le verger traditionnel est porteur d’atouts économiques, environnementaux et sociaux :

Ces vergers sont encore productifs et les fruits peuvent être autoconsommés ou vendus (forte demande de fruits bio) en frais ou transformés en jus, cidre, alcool, confitures, fruits séchés, compotes, pâtisseries, plats cuisinés, etc. Cette production est ainsi porteuse de produits du terroir de qualité qui satisfont à une demande de plus en plus forte.
Le verger traditionnel fait encore l’objet de savoir-faire techniques et culturels détenus par les anciens et peu transmis aux générations nouvelles, donc menacés de disparition. D’un point de vue social, la réappropriation de ces savoir-faire répond à une demande culturelle de tradition. Le développement de ces activités serait générateur d’emplois. Notre région fortement axée sur le tourisme y verrait un «plus» qui pourrait être développé par les restaurateurs, tables d’hôtes… Des spécialités locales pourraient émerger et être labellisées.
Le verger traditionnel modèle le paysage selon des critères correspondant à une demande actuelle de cadre de vie de qualité. D’un point de vue environnemental il répond au maintien de la biodiversité, à une meilleure gestion de l’eau et génère moins de pollution (pas de traitements chimiques en général).

Variétés cultivées dans la vallée de l'Hers

Les arboriculteurs professionnels cultivent essentiellement des variétés très communes comme les pommes Fuji, Chantecler, Golden, Grani Smith etc voire de la Reine des Reinettes.

Dans les vergers d'anciennes variétés, nous trouvons par exemple :
- cerises : Guigne et Guin noir d'Ariège, blanche, trompe geai, Albane, Guin Noir d'Ariège et Trompe Geai
- pommes : Pomme de Foix, court pendu des Pyrénées, carabille, pomme de la Saint-Jean, Délice de Bélesta, Délice de Lagarde, rouge tardive, reinette étoilée, montellière, rouge véreuse, bonne veille, pomme à huile, "pomme orange", Centrou, Coutras (ou Couteras selon les patois), pomme de fer, pomme de Foix, pomme orange, Reinette d'Angleterre, toureillère, apion, belle de mai, Blanche d'Espagne et carabille etc. et tant de variétés sans nom mais avec des qualités,
- poires : poire du curé, de bouchard, d'août, de novembre, clergeaux, perots sucrées, juteuse de garde.
Mais il existe quantité de variétés dont on a perdu le nom et l'utilisation dans telle ou telle préparation culinaire.

A ce titre, consulter :
- en cliquant ici le témoignage de M Colici, Président de l'association Fruits Oubliés (voir le site Internet), propriétaire et gestionnaire des Jardins d'Escoubille (important verger conservatoire d'Oliviers, raisins, kakis etc. dans la région de Lodève) qui a présenté à ATOUTFRUIT son analyse de la production et de la commercialisation des fruits d'anciennes variétés ainsi que d'autres fruits moins connus.
- en cliquant ici le témoignage de l'association XAPATA, qui a relancé la production et la commercialisation de trois anciennes variétés de cerises au pays basque (voir le site Internet).
- en cliquant ici l'intervention de C Sunt de Fruits oubliés, qui a défini les variétés paysannes au travers de leur histoire et de leurs spécificités.


ATOUT FRUIT : localisation et activités

Localisation

Le bassin versant de l’Hers sur son cours haut et moyen correspond approximativement au territoire des cantons de Mirepoix, Lavelanet et Chalabre, auxquels se rajoutent quelques communes des cantons de Pamiers et Foix. C’est un territoire qui s’étend à l’Est du département de l’Ariège et qui comprend une partie du département de l’Aude.
 


Activités
Les statuts de l’association les décrivent :

« … animations, expositions, visites, plantations, entretien, greffage, reproduction, multiplication et conservation des différentes variétés, pratique du verger, assistance technique, stages, formations professionnelles, échanges divers, interventions pédagogiques y compris en milieu scolaire, valorisation collective, gestion collective du matériel.

Recherches, études, inventaires, réflexions, conseils, expertises, transmission de compétences et de connaissances, mise en relation…

… diffusion d’informations, documentations, publications, etc.

Plus généralement toutes activités ou opérations se rattachant directement ou indirectement à son objet social défini ou susceptible d’en faciliter l’extension ou le développement.

L’objet social de l’association étant : l’étude, la sauvegarde, la valorisation et le développement durable du patrimoine fruitier cultivé et sauvage en lien avec une meilleure gestion des ressources naturelles et du petit patrimoine bâti, sur le territoire du bassin versant de l’Hers, haut et moyen. »


Objectifs de l’association

Les objectifs généraux sont d’ordre environnemental, économique et social :

Objectifs environnementaux
- sauvegarde du patrimoine génétique des variétés traditionnelles locales
- sauvegarde de la biodiversité (faune et flore) en général, générée par les haies autour des vergers et par les vergers traditionnels eux-mêmes
- qualité des paysages et du cadre de vie
- meilleure gestion de l’eau par les racines des arbres et par les prairies permanentes autour des arbres, lutte contre les inondations et l’érosion
- meilleure résistance aux maladies et ravageurs, meilleur équilibre biologique
- développement de l’agriculture biologique

Objectifs sociaux et culturels
- transmission de savoir-faire traditionnels culturels et techniques (rencontre de populations d’origines différentes rurales et citadines, âgées et jeunes, locaux et nouveaux arrivants, etc.)

Objectifs économiques
- valorisation économique d’un potentiel non exploité
- réponse à l’évolution des goûts des consommateurs, apport de produits du terroir nouveaux
- création d’emplois, de développement local.
 

Axes de développement de l’association

La démarche de sauvegarde et de revalorisation du patrimoine fruitier traditionnel sur le territoire du bassin versant de l’Hers haut et moyen, se déroule en trois axes :

Axe 1 : Mise en place d’un groupe local chargé d’animer la démarche sur le terroir : initiation et sensibilisation aux techniques d’arboriculture traditionnelle (prospections, plantations, taille, greffage, transformation…) et en particulier en agriculture biologique respectueuse de l’environnement et garante de la biodiversité.

Axe 2 : Mise en place et déroulement d’un projet de rénovation du verger local traditionnel : inventaire des vergers et variétés existants par la prospection auprès des maires et des propriétaires (en les impliquant dans la démarche), rénovation des vieux arbres par la taille douce applicable aux arbres de plein vent (ce travail est réalisé sur devis par une équipe locale formée à cet effet). Replantation de jeunes plants en variétés traditionnelles et en extensif.
Mise en place d’actions de transformation et de valorisation des fruits (exemples à étudier : jus de pommes pasteurisé, un atelier coopératif de séchage des fruits (achat d’un séchoir solaire et essais de recherche d’amélioration des systèmes existants), mise en place de la commercialisation des produits frais et transformés).

Axe 3 : Consolidation et pérennisation économique : consolidation et installation de l’activité économique des agriculteurs et pluri-actifs, actions de pomologie, pédagogie, expérimentations, participation au réseau des groupes ayant la même démarche dans la Région.
 

Prélèvement de greffons


Télécharger une présentation d'ATOUTFRUIT en pdf

 

 

Association ATOUT FRUIT
1 Chemin de la Mestrise
09500 MIREPOIX
atout.fruit@gmail.com

président : Paul COEFFARD

Animatrice : Claude Fressonnet
tél : 05 61 60 18 95